Les 7 communes

Charnat

Charnat
Contact

Maire : Philippe BLANCHOZ
Mairie de Charnat - Le Bourg - 63290 Charnat - Tél : 04 73 94 75 05

Située entre l’Allier et la Dore, à quatre kilomètres de Puy-Guillaume, la commune de Charnat s’étend sur un peu plus de 500 hectares d’une campagne verdoyante qui invite à se promener en famille et entre amis.
Ses 200 habitants bénéficient d’un cadre de vie agréable, dans le centre-bourg comme dans le hameau des Français. Les nombreuses manifestations organisées dans la salle des fêtes par les associations contribuent à la qualité du vivre-ensemble en permettant aux Charnatoises et aux Charnatois de tous âges de se rencontrer.

 

Châteldon

Châteldon
Contact

Maire : Tony BERNARD
Mairie de Châteldon - Rue des Sept Carreaux - 63 290 Châteldon - Tél : 04 73 94 60 65
www.chateldon.com

Châteldon est une commune rurale de 800 habitants. Elle est située en Auvergne, dans le Puy de Dôme, entre la vallée de la Dore et les contreforts des Bois Noirs, sur le territoire du Parc Naturel Régional Livradois-Forez. Elle jouit d’un environnement naturel remarquable et d’un bourg castral d’origine moyenâgeuse.
La commune de Châteldon est candidate au label « plus beaux villages de France » avec le soutien du Conseil Régional d’Auvergne, et est homologuée « Petite cité de caractère ».

 

Lachaux

Lachaux
Contact

Maire : Béatrice ADAMY
Mairie de Lachaux - Le bourg - 63290 Lachaux - Tél : 04 73 94 61 41
www.lachaux.fr

A l'ombre des Bois Noirs, LACHAUX commune rurale, surplombe la plaine de la Limagne (vous pourrez admirer la chaine des Puys au dessus de Clermont-Ferrand) et la montagne bourbonnaise.
LACHAUX est situé aux confins des 3 départements Puy-de-Dôme, Allier et Loire. Enfin, site remarquable, au nord-ouest du massif des bois noirs et culminant à 943 mètres d'altitude, le Rez de Sol constitue le plus grand filon de quartz du
massif central."

 

Noalhat

Noalhat
Contact

Maire : Eric CABROLIER
Mairie de Noalhat - Le Bourg - 63290 Noalhat - Tél : 04 73 53 66 60

NOALHAT, petite commune lovée dans un méandre de la Dore, ou habite une grande et jeune famille de 244 habitants; celle ci a le plus prospéré en pourcentage ces dernières années dans le territoire de notre communauté de commune "Entre Allier et Bois Noirs", grâce à la tranquillité, au caractère rural, à la voirie bien entretenue, aux paysages et aux impôts contenus du territoire. De plus, la Mairie, moderne et accessible, ainsi que sa salle des fêtes rénovée, concourent à cette expansion démographique. Les jeunes foyers ont aussi la chance de pouvoir profiter d'un ramassage scolaire pris en charge par la commune, quasiment à la porte de leurs habitations.
Son attractivité est dopée aussi par sa situation géographique à quelques kilomètres des autoroutes. NOALHAT a la chance de se situer sur un territoire rural tout en étant très proche des grandes agglomérations. Au centre de Clermont Ferrand, le citoyen est beaucoup plus loin des autoroutes que l'administré de notre commune.
NOALHAT poursuivra cette politique à caractère rural, de proximité, de tranquillité, d'entretien de la voirie, de protection environnementale, de modération fiscale et continuera dans cet esprit au sein de la communauté de communes actuelle et à venir.

 

Paslières

Paslières
Contact

Maire : Jacques COUDOUR
Mairie de Paslières - La Croix-Saint-Bonnet - 63290 Paslières - Tél : 04 73 94 73 15

La commune de Paslières est située dans le département du Puy-de-Dôme (63), en région Auvergne. Elle se situe au nord de Thiers et au sud de Vichy et Puy-Guillaume, au nord-est du département du Puy-de-Dôme.
Notre commune bénéficie d'un cadre de vie attractif, à proximité des grands axes de communication (D906 en direction de Vichy et Thiers et A89 en direction de Clermont-Ferrand et Saint-Etienne-Lyon à 10 mn), tout en restant une commune rurale. Sa dynamique résidentielle a été confortée par le maintien et le développement de services publics essentiels aux familles qui y résident (école publique, centre de loisirs intercommunal, Agence Postale Communale, commerces de proximité...).

Administration
Elle fait partie de l'arrondissement de Thiers et du canton de Châteldon. Elle est membre de la Communauté de communes « Entre Allier et Bois Noirs » qui regroupe 7 communes (Charnat, Châteldon, Lachaux, Noalhat, Paslières, Puy-Guillaume, Ris) et près de 7000 habitants.

Géographie
A 15 minutes de Thiers, 25 minutes de Vichy, 35 minutes de Clermont-Ferrand, 1 heure de Saint-Etienne et 1 h30 de Lyon, elle est traversée par la route départementale 906 (axe Vichy - Thiers - Le Puy-en-Velay) et se situe à moins de 10 minutes de l'autoroute A89 (Bordeaux - Clermont-Ferrand - Lyon). Son emplacement au carrefour de ces différents bassins d'emploi et pôles urbains s'est traduit par un net regain démographique depuis les années 1970-1980. Elle compte aujourd'hui 1563 habitants (recensement de 2011), et 30 % de jeunes âgés de moins de 30 ans.
Ses habitants (Pasliérois et Pasliéroise) sont répartis sur 64 villages, lieux-dits et écarts pour une superficie de plus de 27 km2.
A cheval entre la plaine de la Dore (altitude minimale 275 m) et les contreforts des Bois Noirs (altitude maximale 800 m), la commune de Paslières est adhérente du Parc naturel régional Livradois-Forez.

Patrimoine
Patrimoine civil : Château de Chabanne (début du xixe siècle). Château du Chastel (deuxième moitié du XIXe siècle). Pierres du Pas-du-Loup : dans le lieu-dit du Pas-du-Loup se trouvent deux pierres dont l'une porte une marque traditionnellement considérée comme une empreinte de loup et l'autre le reste d'une croix qui a été brisée. La légende explique les armes de la commune de Paslières : coupé, au premier de gueules au loup courant d'argent, au second d'or à la crosse d'azur posée en pal accostée de deux marteaux du même. Marianne, buste réalisé par le sculpteur Paul Graf en 1913, avec comme modèle, Thérèse Rongère, âgée de 33 ans, épouse du garde champêtre de Châteldon.
Patrimoine religieux : Église Saint-Bonnet, hameau de la Croix Saint-Bonnet (XIIe - XIIIe siècles, clocher reconstruit au XIXe siècle).

 

Puy-Guillaume

Puy-Guillaume
Contact

Mairie de Puy Guillaume - 1 Place Jean Jaurès - 63290 Puy Guillaume - Tél : 04 73 94 70 49
 www.puy-guillaume.com

Située au contact de la Limagne et des Bois Noirs , à mi chemin d’un axe Vichy - Thiers, Puy Guillaume est une commune de 2502 hectares. Son territoire s’étend principalement dans la plaine de la Dore.
Le bourg, implanté sur la rive droite de cette rivière à 286 mètres d’altitude accueille la majeure partie des 2674 habitants au 01 janvier 2015.
Née à la Révolution ,du regroupement des paroisses de Saint -Alyre et de Montpeyroux, Puy Guillaume est une jeune commune. L’eau et le bois sont à l’origine de son développement économique et de sa vocation industrielle…
Jusqu’au milieu du XIX ème siècle, à côté des agriculteurs, la plupart de ses habitants vivent de la batellerie et en font un port actif de la Basse Auvergne. Relié à l’Allier par « le Rio des noyés » , ses quais assurent le transit des bois, du charbon et du vin. De plus, la Credogne traversant le territoire communal est doublée d’un bief qui alimente pas moins de douze moulins.
A l’aube du XX ème siècle, les mariniers largement concurrencés par la route et le chemin de fer, disparaissent mais ils ont jeté les bases économiques . En 1902 l’implantation de la verrerie prend le relais et donne une nouvelle impulsion à la commune. L’industrie du verre va faire de Puy Guillaume une petite ville dynamique.
Aujourd’hui c’est un bourg - centre qui doit se battre pour garder sa vocation industrielle mais qui joue un rôle moteur à l’échelle intercommunale, du pays de la vallée de la Dore connu et fréquenté pour ses nombreux services : cabinets médicaux, permanences sociales, office notarial, scolarité , commerces de proximité et marché hebdomadaire, associations sportives et culturelles… qu’il vous est possible de découvrir dans les pages suivantes.

 

Ris

Ris
Contact

Maire : Bernard GARCIA
Mairie de Ris - Place de la Mairie - 63290 Ris - Tél : 04 73 94 61 72
www.communederis.fr

Altitude : 300 m
Superficie : 1 576 hectares
Population 2015 : 790
Origine du nom : RIS de rivis vient de « rivius » : ruisseau.
Les habitants sont les Rissois.

La commune de RIS s’étend en partie sur la plaine alluviale près du confluent de la Dore et de l’Allier en partie dans la zone montagneuse du canton. Le bourg ancien de RIS est adossé à la montagne, tandis qu’une agglomération de moindre importance s’est développée près de la route de THIERS à VICHY et de la voie ferrée. Le lieu-dit Port-de-Ris se trouve sur les bords de l’Allier, mais sur la commune de Limons, canton de Maringues.

Les Origines
Le bourg a pris naissance autour d’un prieuré dédié à Notre Dame fondé en 952 par Amblard de Thiers, Archêque de Lyon il fut réuni a l’abbaye de Cluny par Saint Odilon (mort en 1048). Toutefois le chapitre de Thiers, fondé par un parent de l’Archevêque de Lyon, fut confirmé en 1107 par l’évêque de Clermont dans la possession de L’église de Ris placée sous le patronage de Notre Dame et Sainte-Croix, alors que le patron de la paroisse était Saint Barthélemy. Mais plus tard cette église ne dépendait plus de l’évêque car le curé était nommé par le prieur.
Ris devait avoir une certaine activité, car en 1482 Louis XI y créa des foires et un marché hebdomadaire, décision qui sera confirmée par Louis XIII en 1622. La ville fût fortifiée, on arrive à retrouver à peu près l’emplacement des murailles ; au XIVème siècle, conséquence de la guerre de cent ans, des remparts renforcés de seize tours furent construits, seuls quelques vestiges subsistent. Au XVIème siècle, un faubourg situé à l’ouest fut à son tour fortifié avec cinq tours.
De cette époque RIS conserve quelques éléments dans des maisons particulières. Toute l’importance de la ville était essentiellement due à son prieuré, un des plus riches d’Auvergne, qui, en dehors de son rôle religieux, était un gros centre d’exploitation agricole.

Le prieuré
Il était au sud du bourg primitif entouré d’une enceinte dans laquelle, outre l’église, se trouvaient les bâtiments conventuels très transformés de nos jours. En 1287, il fut visité par Simon de Beaulieu Archevêque de Bourges. En 1333, il y avait vingt moines, nombre important pour un tel établissement. Au cours des ans le prieuré avait reçu de nombreux dons des comtes d’Auvergne et des seigneurs de Montboissier, de Chamalières de Bulhon… Pendant la guerre de Cent ans il fut ruiné en 1396, puis de nouveau entre 1406 et 1446 il se releva de ses ruines, mais peu à peu perdit de son importance.
En 1676, il n’avait plus que huit ou neuf moines. En 1767, le nombre des moines était tombé à quatre. Le prieuré bénéficiait alors de 3 500 livres de revenus (une livre valant deux francs or valeur 1914), il avait sous sa dépendance un prieuré dans le diocèse de Lyon et un autre dans celui de Limoges.
C’était un des plus importants seigneurs de la région, qui avait le droit de justice sur toute la paroisse.
Les bâtiments du prieuré, en très mauvais état à la veille de la Révolution, furent naturellement vendus comme biens nationaux à des particuliers.

Ris depuis le XVIIème siècle
Une des ressources de Ris était la culture de la vigne dont le produit s’exportait par bateaux vers Paris, le chargement se faisant au Port-de-Ris.
Depuis 1725, Ris eut un grenier à sel ; la ville était à la limite du Bourbonnais, faisant partie des cinq grosses fermes, où le sel se vendait fort cher, tandis que l’Auvergne, province rédimée, le payait à bas prix, d’où une contrebande active.

Eglise de Ris
L’église construite entre 979 et 985, (on a fêté le millénaire) d’inspiration carolingienne est probablement l’une des plus anciennes et plus curieuses églises romanes d’Auvergne – car la hauteur et l’étroitesse des ses nefs répondent aux premiers essais de voûte en pierre (Xème siècle) remaniée au 15ème.
Après transformation, cette chapelle devint église abbatiale, dépendant de CLUNY, puis paroissiale à partir de 1287. L’architecture de cet édifice a également été modifiée au fil du temps avec des tours de défenses crénelées, des absides ou des transepts qui furent tour à tour construits et démolis suivant la période. Ces transformations constituent une autre des particularités de cet édifice.

« Classée MONUMENT HISTORIQUE en 1995 l’église fait partie des SITES CLUNISIENS »
Douze fresques datant du XIIème siècle et principalement du XVème ont été mises à jour dans cette église. « Le cavalier au cerf » est la plus ancienne fresque. Datant du XIIème siècle, elle fut découverte après un sondage du crépi.
D’un trait à l’ocre rouge, l’artiste de l’époque a représenté un guerrier chassant un cerf tandis qu’un petit personnage écarte des feuilles stylisées. Selon les spécialistes, ceci pourrait représenter une classique scène de chasse, la conversion d’Eustache, général romain, à qui est apparu un crucifix dans la ramure d’un cerf qu’il chassait, ou bien l’épisode du miracle du gué selon lequel un cerf aurait indiqué à l’armée de Clovis un gué sur la vienne.
Dans le narthex, ou arrière porche, c’est une représentation du « martyre de Sainte Agathe » qui accueille les visiteurs. Ce panneau illustre la persécution d’Agathe à Catane en 251. Deux bourreaux s’acharnent à arracher les seins de la jeune Sicilienne avec de longues pinces à feu. (MH en 1958)
Sur un des énormes piliers de ce monument clunisien, les visages doux et avenants de la Vierge Marie et de se cousine Elisabeth apparaissaient en peinture sous une couche de vieux crépi. « La Visitation » MH en 1917
Les peintures toutes classées « MONUMENT HISTORIQUE ».